VAINCRE LA DÉPENDANCE AFFECTIVE

VAINCRE LA DÉPENDANCE AFFECTIVE

La dépendance affective est extrêmement fréquente. La situation de dépendance, le plus souvent de dépendance affective, est un trait de personnalité fréquemment rencontré. Il touche préférentiellement les femmes mais il existe aussi chez les hommes.

1 – Reconnaître sa propre souffrance

2 – Accepter, accueillir, vivre la souffrance émotionnelle

3 – Identifier, exprimer ses émotions

4 – Identifier et reconnaître ses dénis

5 – Accepter, reconnaître et exprimer sa colère

6 – Terminer des deuils non résolus

7 – Reconnaître l’improductivité de ses comportements antérieurs

8 – Reconnaître les impasses dans lesquelles on s’est fourvoyé

9 – Reconnaître et honorer ses propres besoins

10 – Apprendre à dire non

11 – Assumer la responsabilité de sa propre existence

12 – Prendre la responsabilité du changement positif

13 – Faire dépendre son bien-être et son bonheur de soi-même et non des autres

14 – Lâcher prise vis à vis du besoin de contrôle

15 – Apprendre l’acceptation et le détachement

16 – Abandonner les comportements de victime et de sauveur

17 – Mettre son attention sur ses problèmes et difficultés et non ceux des autres

18 – Prendre soin de sa personne, de sa santé

19 – Apprendre à agir au lieu de réagir

20 – Conserver un certain recul par rapport aux autres, aux situations et à ses processus de pensée

21 – Développer l’estime de soi

22 – S’accepter, s’aimer et se respecter malgré ses imperfections

23 – Affirmer, respecter et faire respecter sa frontière identitaire

24 – Développer son sentiment de compétence

25 – Redevenir sa propre autorité

26 – Faire des choix pour soi-même et ne pas imposer de choix aux autres

27 – Se créer ses propres buts et objectifs

28 – Reconnaître et honorer ses valeurs

29 – Être fidèle à soi-même

30 – Être sincère avec soi-même

31 – Faire preuve d’honnêteté intellectuelle

32 – Être authentique et cesser de jouer un rôle

Auteur Inconnu

Signes de la dépendance affective dans la relation

  • Tendance à solliciter en permanence l’avis de l’autre
  • Difficulté à se séparer
  • Difficulté à prendre une décision, seul
  • Recherche d’approbation en permanence
  • Demande permanente à l’autre de réassurance affective
  • Tolérance à des choses intolérables de la part de la personne dont on est dépendant (brimades, humiliations, voire violence etc…)
  • Relation de type fusionnel
  • Exigences de proximité, refus que l’autre s’éloigne
  • Suspicion
  • Tendance à hyper solliciter le partenaire
  • Difficulté à percevoir les signes rassurants envoyés par l’autre
  • Chantage affectif
  • Tendance à négliger les autres relations
  • Faible affirmation de soi

Signes psychiques de la dépendance affective

  • Crainte du célibat, de la solitude
  • Quête affective
  • Incapacité à se rassurer par soi-même
  • Doute permanent sur l’affection de l’autre. Ce doute peut constituer des idées obsédantes
  • Faible estime de soi.
  • Incapacité à faire des choix
  • Tendance à prioriser les émotions à court terme au détriment des conséquences à long terme
  • Préoccupation exagérée pour la relation, tendance à la décortiquer et lui consacrer trop d’attention
  • impulsivité

 Complications pour une personne dépendante émotionnellement

Le principal danger est le risque d’accepter l’inacceptable: la violence physique.

Les personnes dépendantes acceptent même la violence pour éviter de risquer de perdre le lien. Pour elles, la violence subie est moins grave que la perte de la personne dont elles sont dépendantes.

Le message est très clair: toute violence doit faire s’arrêter la relation immédiatement. Il n’y a pas de petite violence ou de bonne raison. La moindre gifle doit faire rompre la relation. En cas de violence majeure, il faut aller immédiatement aux urgences médico-judiciaires.

Généralement, la violence physique est longtemps précédée de violence verbale (insultes etc…). C’est dès cet instant que les règles doivent être posées sans la moindre concession. Si le conjoint n’arrive pas à se tenir à un respect stricte de l’autre, la relation doit s’interrompre.

Source : e-psychiatrie.fr

Nathalie J. Estevez



Catégories :Conscience et éveil

Tags:

%d blogueurs aiment cette page :