Blessure d’Abandon, Comment la reconnaître

SE « LIBÉRER » DE LA BLESSURE D’ABANDON

Le sentiment d’abandon peut se manifester de bien des façons. Nous allons tout vous expliquer sur cette blessure.

1- Comment le sentiment d’abandon influence-t-il notre vie ?

La dépendance affective, le manque de confiance en soi, la dévalorisation, la peur de la solitude, la culpabilité, les relations toxiques à répétition, la tristesse, le rejet, l’indifférence, autant de conséquences qu’engendre cette blessure d’abandon qui nous gâchent la vie…

La liberté, le respect, l’amour, l’apaisement, la confiance, la sérénité, l’équilibre dans les relations familiales sociales et de couple, la joie et l’épanouissement, c’est aussi pour nous.

La raison d’être principale des blessures est d’attirer notre attention sur le fait que nous ne nous aimons pas suffisamment.

2- Pour quelles raisons souffrons-nous de la Blessure d’Abandon, son origine ?

La blessure d’abandon est un manque affectif durant votre enfance qui continue à avoir un impact sur votre vie actuelle. (émotions intenses à l’idée de perdre ou quand vous perdez l’attention d’une personne par exemple).  Parent du sexe opposé renfermé et laisse le pouvoir à l’autre parent, Manque de communication avec le parent du sexe opposé, d’affection et de tendresse.

C’est aussi relier ce manque affectif  à la croyance  que vous n’êtes probablement pas assez important pour être aimé. 

L’enfant qui perçoit et souffre de ce manque affectif, développera généralement très tôt des formes de manipulation du sexe opposé dans le but d’attirer son attention et de faire en sorte qu’on s’occupe de lui. Contrairement à ce que l’on croit, le manque affectif peut aussi concerner des enfants qui se sont sentis surprotégés (=contrôlés, privés d’autonomie) dans leur enfance. Car avec la blessure d’abandon comme pour les autres blessures, tout est question de perceptions.

Ainsi, un enfant peut manquer de confiance en lui, s’être senti dévalorisé et profondément incapable malgré les meilleures intentions d’une maman ou d’un papa poule (=généralement aussi concerné par la peur de l’abandon dans sa propre enfance et agissant en opposition/rejet du modèle éducatif reçu) . Cet enfant sur protégé pourrait très bien comprendre le comportement surprotecteur de son parent par la croyance limitante suivante  :  « si j’étais capable de faire les choses tout seul, on me laisserait faire par moi-même »

3- Quelles sont les répercussions de cette blessure ?

Les plus fréquentes sont :

  • Dépend des autres, cherche constamment leur soutien, leur approbation
  • Prêche le faux pour savoir le vrai. 
  • La plainte, la déception, les pleurs, la victimisation des autres, des événements, des circonstances
  • Cherche à attirer l’attention
  • Joue avec vos états de culpabilité pour obtenir votre écoute ou votre présence.
  • Dramatise beaucoup
  • Elle angoisse beaucoup sur l’avenir, refusant de s’attacher au présent par peur de perdre ou que le bonheur ne dure pas.
  • Sentiment permanent de ne pas être assez
  • Avoir moins de valeur qu’une autre personne
  • Utilise la discussion pour revenir au centre de l’attention,
  • Émotionnellement Instable
  • N’accepte pas qu’on lui dise «Non»
  • Menace : Plus elle estime s’être donnée pour que la relation fonctionne, plus elle vivra difficilement la rupture, estimant que vous lui êtes redevable.
  • Manque de Confiance en soi
  • Un sentiment profond et permanent de vide intérieur
  • Préfère se laisser guider par l’avis extérieur
  • Recherche la présence des autres
  • Sujet à la Solitude

4- Qu’est ce que le mental et pourquoi est-ce important de connaître son fonctionnement ?

On s’intéresse au fonctionnement de l’égo pour nous aider à fuir la douleur. L’égo masque ce qui nous a laissé une blessure profonde. Et les stratégies que nous développons inconsciemment pour nous protéger de revivre cette blessure sont limitées car issues de mémoire et d’expériences passées. 

Une personne vous affirmera avec certitude, qu’elle sait être autonome et parfaitement occuper son temps toute seule. Elle n’aurait donc, à ce qu’elle exprime, aucun problème apparent avec la peur de l’abandon.

5- Pourquoi la morphologie est importante ?

Si la morphologie de la personne indique clairement la blessure émotionnelle d’abandon majoritaire et que son mental s’évertue à démontrer l’inverse, c’est généralement signe du rôle protecteur de l’égo face à la non acceptation du vécu.

6- La complexité de ses relations

Voici 4 comportements typiques de la personne qui a peur de l’abandon en couple :

  • Fantasme sur le couple en étant célibataire, mais peur de perdre son partenaire une fois en couple.
  • Dépendance affective et d’autant plus envers un partenaire distant ou qui abandonne.
  • Choisir un(e) conjoint(e) pas forcément attirant à ses yeux mais toujours là pour écouter et le/la soutenir.
  • Abandonner celui qui fait preuve de dépendance affective . C’est le paradoxe ! Autant la personnalité dépendante s’accroche facilement à un partenaire qui lui semble inaccessible, autant elle peut se montrer impitoyable avec un partenaire dont elle a la garantie qu’il ne l’abandonnera jamais. 

7- Comment s’en débarrasser ?

On ne s’en débarrasse jamais, on l’apprivoise car elle nous aide et nous guide à nous améliorer dans la relation à nous-même mais aussi avec les autres.

En consultation, il est rare bien sûr, qu’une personne se définisse comme dépendant affectif. La plupart du temps, la problématique tourne autour de la difficulté à se faire des amis, à entretenir de bonnes relations au bureau, ou en amour. La plainte tourne souvent autour du fait, que personne ne les apprécie à leur juste valeur ou pire, ne les aime ! Les pistes pour en sortir résident en premier lieu dans une meilleure estime de soi. “Il s’agit de leur faire comprendre qu’ils sont aimables, et qu’ils n’ont pas besoin d’en faire autant, voire trop” ajoute la psychothérapeute.
Mieux se connaître va alors permettre de mieux cerner ses propres besoins, et s’autoriser à les satisfaire, et à s’aimer. Parfois un travail thérapeutique est nécessaire pour prendre conscience qu’au final, ils sont responsables de leur bonheur, et que celui-ci ne repose pas sur l’attention que l’autre leur donne ou pas.

Ces étapes peuvent vous aider à faire en sorte que dans vos relations, le vent ne se transforme pas en tempête. Car pour aimer, il faut d’abord s’aimer soi-même, et si vous ne savez pas le faire, sachez que la psychologie peut vous y aider. Demandez de l’aide si vous en avez besoin pour que vos relations soient les plus saines possible.

Nathalie J Estevez

Si vous souhaitez me contacter pour un Accompagnement en Développement Personnel et Spirituel, le parcours Flammes Jumelles ou Comprendre et Développer vos dons.
mail : carpediemadvitam@yahoo.com

***************************************🙏😇🥰**********************************

Si vous souhaitez une guidance personnalisée vous pouvez me joindre directement au 0890172538 du
Lundi au Vendredi 10h à 15h Et de 20h à 23h00
Samedi de 10h à 13h

***************************************🙏😇🥰**********************************

Si vous souhaitez faire un don pour me soutenir dans mon travail, je vous invite à suivre le lien :
https://www.paypal.com/donate?hosted_button_id=B
X28UCHULM98Y

***************************************🙏😇🥰**********************************

Si vous souhaitez me suivre sur les réseaux sociaux :

Facebook : carpe diem ad vitam æternam

Instagram :
Français : carpediem_advitam
Espagnol : carpediemadvitamaeternam_spain

Snap : thaliju

 



Catégories :Ego

Tags:, , ,

%d blogueurs aiment cette page :