Enfant Intérieur : Communiquer avec son Enfant Intérieur

Enfant Intérieur : Communiquer avec son Propre Enfant Intérieur
Nous avons tous un Enfant Intérieur et l’important c’est de communiquer avec lui.
Pourquoi ce dialogue est-il nécessaire ?
Il arriverait donc qu’à un moment de sa vie, dans ce que Jung nomme « la seconde partie de sa vie » ou que les psychanalystes nomment « l’âge de la maturité », certains êtres humains cherchent à devenir plus eux-mêmes, à s’assumer davantage, à grandir.
Cherchant à rompre, par exemple, avec leurs faux soi. C’est ce qui pousse parfois ces personnes dans les sociétés occidentales à consulter les psychanalystes ou les psychothérapeutes : rompre avec une vieille douleur, plus s’assumer, aller mieux, etc.
Probablement, nous avons tous, en nous, un enfant brimé, abandonné, malmené ou réduit au silence par l’adulte que nous sommes. Le reconnaître et le libérer, c’est reconnaître et libérer notre essence profonde, notre potentiel créatif, notre spontanéité …
« Nous avons tous besoin, à des degrés différents, de reprendre contact avec notre Enfant intérieur, dit la thérapeute Geneviève Cailloux, auteur de “Deviens qui tu es” (Le Souffle d’Or, 2004). Peu d’entre nous ont eu des enfances parfaites, sans conflits, sans blessures… » Ce qui explique probablement pourquoi les méthodes « Enfant intérieur » se sont multipliées, et pourquoi les stages connaissent un succès croissant. «Sitôt qu’un individu a apprivoisé et nourri spirituellement son Enfant intérieur blessé, explique John Bradshaw, l’énergie créatrice de son merveilleux Enfant naturel commence à émerger. Une fois intégré, l’Enfant intérieur devient la source d’une régénération salutaire et d’une vitalité nouvelle. Quant à l’Enfant naturel, il correspond à cette partie de nous-même qui recèle, en puissance, nos dons innés pour la découverte, l’émerveillement et la création. »
Cinq étapes pour le rencontrer
Il s’agit d’établir un dialogue avec l’enfant qui est en nous, et non de « jouer à l’enfant ». Les principales étapes que nous vous proposons peuvent être pratiquées seul, chez soi, mais ne remplacent en aucun cas un travail effectué avec un thérapeute.
1. Retrouvez les postures de l’enfant
Pour prendre contact avec votre Enfant intérieur, posez vos deux mains sur votre plexus solaire, fermez les yeux, et adressez-vous à lui comme à une véritable personne. Comme il s’exprime avant tout à travers nos sensations physiques, vous pouvez essayer de retrouver les attitudes, les gestes, les postures typiques d’un enfant.
2. Demandez pardon
Un moyen de gagner sa confiance consiste à lui demander pardon de l’avoir négligé depuis tant d’années. Vous pouvez lui parler ou lui écrire une lettre. Expliquez-lui pourquoi vous n’avez plus donné de nouvelles, racontez-lui votre vie depuis que vous avez commencé à grandir, vos bonheurs, vos malheurs, sans mentir ni travestir la réalité.
3. Entamez le dialogue
Il s’agit d’une véritable conversation. Posez-lui des questions simples à voix haute : « Comment vas-tu ? », «Acceptes-tu de parler avec moi ? »… Laissez venir les réponses, comme si vous jouiez une pièce de théâtre. S’il vous arrive de prendre une autre voix, plus enfantine, c’est normal. Au début, ce genre d’exercice peut dérouter, mettre mal à l’aise : c’est la preuve que vous avez du mal à accepter votre Enfant intérieur.
4. Faites-lui dessiner ses émotions
Le dessin est l’un des moyens d’expression les plus prisés des enfants. Prenez du papier et des crayons, et demandez à votre Enfant intérieur de dessiner l’adulte que vous êtes. Utilisez votre main gauche si vous êtes droitier, l’inverse dans le cas contraire. Jour après jour, vous pouvez lui demander de dessiner différentes scènes : ce qui le met en colère ou le rend triste, comment il se voit quand il se sent seul… Puis ce qui le rend heureux, fier de lui, spontané…
5. Soyez un Parent attentionné
Au fur et à mesure de l’évolution de votre dialogue, de votre reconnaissance de l’enfant qui vit en vous, montrez-lui que vous pouvez être un Parent aimant, qui respecte sa personnalité propre, qui sait jouer et rire avec lui, qui tient compte de ses désirs et de ses avis, et qui sait aussi imposer une discipline. Sans « jouer à l’enfant », accordez-vous, de temps en temps, des moments pour vous détendre, jouer, dessiner ou écrire ce qui vous vient à l’esprit, vous consoler, prendre soin de vous.
Les BLESSURES D’ENFANCE peuvent conditionner toute notre vie …
Les MANQUES que nous avons ressentis, certaines personnes plus fortement que d’autres selon leur sensibilité, ne seront jamais comblés par quelque chose d’extérieur, ni par personne d’autre que NOUS MÊMES !
Comment remplir ce manque nous-même pour ne plus ressentir ce vide, ne plus le chercher inlassablement dans notre homme, l’alcool, la drogue, la séduction, la course démesurée au succès sans en être jamais satisfaits, ou d’autres façons encore….qui seront toujours « illusoires » et « éphémères »…

Nathalie J Estevez

Si vous souhaitez me contacter pour un Accompagnement en Développement Personnel et Spirituel, le parcours Flammes Jumelles ou Comprendre et Développer vos dons.
mail : carpediemadvitam@yahoo.com

***************************************🙏😇🥰**********************************

Si vous souhaitez une guidance personnalisée vous pouvez me joindre directement au 0890172538 du
Lundi au Vendredi 10h à 15h Et de 20h à 23h00
Samedi de 10h à 13h

***************************************🙏😇🥰**********************************

Si vous souhaitez faire un don pour me soutenir dans mon travail, je vous invite à suivre le lien :
https://www.paypal.com/donate?hosted_button_id=B
X28UCHULM98Y

***************************************🙏😇🥰**********************************

Si vous souhaitez me suivre sur les réseaux sociaux :

Facebook : carpe diem ad vitam æternam

Instagram :
Français : carpediem_advitam
Espagnol : carpediemadvitamaeternam_spain

Snap : thaliju



Catégories :Conscience et éveil

Tags:, , ,

%d blogueurs aiment cette page :